Flux RSS

Traducteur ≠ interprète

La sortie d’un film la semaine dernière m’a fait sortir du trou où je me suis terrée ces dernières semaines pour boucler tous mes projets d’octobre. En jetant un œil sur les actualités, je vois en effet que sort dans les salles françaises Le Traducteur d’Anas Khalaf et de Rana Kazkaz. Sur le coup, je me dis « Chouette ! Un nouveau film sur ma merveilleuse profession ! ». Bon, j’ai tout de suite compris que ce long-métrage ne parlait pas du tout de la traduction, comme c’était le cas pour Les Traducteurs de Régis Roisard. Ce n’est toutefois pas ce qui m’a dérangée…

Le film est en réalité un thriller autour de la révolution syrienne et de la guerre en Syrie. Je n’ai absolument rien contre le sujet, bien au contraire, mais j’ai tiqué en lisant le synopsis et en voyant la bande-annonce. Je cite : « En 2000, Sami était le traducteur de l’équipe olympique syrienne à Sydney. Un lapsus lors de la traduction le contraint à rester en Australie, où il obtient le statut de réfugié politique. » Si rien ne vous choque, c’est que vous faites probablement la même erreur.

Premièrement, les athlètes olympiens n’ont généralement pas besoin d’un « traducteur » puisqu’ils s’expriment la plupart du temps à l’oral. D’ailleurs, on voit dans la bande-annonce que Sami apparaît à leurs côtés lors d’une conférence de presse. Deuxièmement, s’il est tout à fait possible de faire un lapsus en écrivant (je devrais compiler les erreurs que je fais parfois et qui me font bien rire à la relecture), un traducteur a généralement le temps de relire son travail et de corriger les éventuelles fautes. Bref, tout ça pour dire que le titre du film est très mal choisi puisqu’on ne parle pas d’un « traducteur » mais bien d’un « interprète ». Bon, maintenant, je n’ai pas vu le film donc il est aussi possible que le Sami en question est un traducteur ET interprète, mais comme l’erreur est souvent commise par les profanes, une petite explication s’impose.

Si les deux métiers exigent une formation similaire, les étudiants se destinant à ces professions suivant généralement des cours communs les trois premières années, il existe une différence fondamentale : le traducteur traduit par écrit, tandis que l’interprète traduit à l’oral. Le travail de l’interprète est donc plus instantané (et du coup, bien plus stressant) que le travail du traducteur (même si certains délais farfelus pourraient équivaloir à un travail instantané...). Quand vous regardez une conférence de presse avec des intervenants en langue étrangère, vous voyez donc des « interprètes » et non des « traducteurs ».

Pour que ce soit plus clair, voici une petite explication dessinée (je ne sais plus du tout où je l'ai trouvée, mais elle m'avait fait sourire).

Le travail d’un interprète est oral.
Par exemple, il peut interpréter une
interview ou une conférence en direct.
Le travail d’un traducteur est écrit.
Par exemple, il peut traduire un livre
ou les sous-titres d’une série télévisée.
Puisque son travail est oral,
il doit être immédiat.
Un traducteur a plus de temps
pour réaliser sa traduction
La personne qui est assise à côté d’Obama
lors d’une conférence, traduisant ses paroles
dans une autre langue ?
C’est un interprète.
La personne qui a traduit les sous-titres
de cette série que vous regardez sur Netflix
ou le dernier livre de la série du Trône de Fer ?
C’est un traducteur.
Un interprète doit être bien habillé.
Après tout, il travaille dans un lieu public.
Un traducteur peut travailler de chez lui.
Il peut donc travailler en pyjama.

« Si vous n’être pas sûr, vous pouvez donc toujours vous demander : est-ce que cette personne peut travailler en pyjama ? Si la réponse est oui, c’est un traducteur. Si la réponse est non, c’est un interprète. »

J’essayerai d’écrire un article un peu plus détaillé sur l’interprétation (d'ailleurs, attention à bien dire « interprétation » et non « interprétariat »), ainsi qu’un autre billet sur le travail en pyjama des traducteurs (parce que non, ce n'est pas tout à fait une légende). Malheureusement, le devoir m’appelle et je dois retourner à mes traductions (écrites donc).

Je vous dis donc à bientôt pour un nouveau billet !

À propos de Elise Lignian

Traductrice de l'anglais, du russe et de l'espagnol vers le français, je travaille en tant qu'indépendante. Rédaction, correction, révision de traduction et traduction sont les services que j'offre à mes clients. Pour plus d'informations à mon sujet, consultez dès maintenant mon site http://translovart.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Alik Yanchinov: essays and articles

Real things under exposure

Storyshucker

A blog full of humorous and poignant observations.

Just Vee Cause

I dont have the answers, just a lot of questions.

Love Travelling Blog

Travel diaries providing inspiration for planning the perfect trip

Renard's World

My Personal Space On The Web To Post Anything That Tickles My Fancy

Ms. Unexpected

Not what you think

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

DEA Translation

Traduction institutionnelle et éditoriale

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

for translators and interpreters

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

Laurent Laget

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

%d blogueurs aiment cette page :