Flux RSS

Le calendrier maudit du travailleur freelance

Je suis peut-être la seule dans le cas, mais j’ai parfois l’impression que mon agenda professionnel a été frappé d’une malédiction. Peut-être est-ce juste une question de chance, ou plutôt de malchance, mais je me demande quand même si une méchante fée ne m’aurait pas jeté un mauvais sort à la naissance :

« Quand des projets de vie privée tu auras, ta boîte e-mail se déchaînera, mais quand chez toi sagement tu resteras, le silence et le désert professionnel tu connaîtras. »

20200915_110407 (3)J’exagère légèrement, mais cela m’arrive souvent d’être complètement débordée alors que je retourne passer quelques jours dans ma famille et à l’inverse d’attendre désespérément qu’un projet me tombe dessus alors que je n’ai absolument rien de prévu dans les jours, les semaines, voire les mois à venir (à cause d’une pandémie qui bloque toutes les frontières et te force à rester cloîtrée chez toi, par exemple). Enfin non, en réalité, cela ne m’arrivait pas aussi souvent avant 2020, mais disons que je le ressens particulièrement en cette année maudite. Comme beaucoup, j’ai vu une diminution progressive de mon volume de travail au fur et à mesure que les entreprises et bureaux fermaient pour n’avoir pratiquement plus rien à me mettre sous la dent au mois de juin. Puis juillet est arrivé, amenant avec lui l’anniversaire de mon cher et tendre, l’anniversaire de notre rencontre et enfin l’ouverture tant attendue des frontières et la levée des quarantaines obligatoires, me permettant enfin de revoir ma famille (ou du moins une partie : merci les « bulles » du gouvernement belge). C’est bien sûr à ce moment-là qu’un véritable tsunami a déferlé sur ma boîte e-mail. Tous mes clients, je dis bien tous, m’ont proposé divers projets. Sachant que j’allais me noyer si j’acceptais de prendre trop de vagues d’un coup, et ne voulant plus retourner à l’état de burn-out de l’année passée, j’ai bien évidemment dû en refuser plusieurs.

Après un mois bien rempli et le retour dans mon petit chez moi, la mi-août s’est annoncée calme, très calme, trop calme… Tout le monde semblait être parti en vacances. Mon cher et tendre et moi-même ayant la bougeotte de ne pas avoir voyagé depuis des lustres et voulant profiter de cette accalmie pour changer un peu d’air, nous voilà à planifier un petit road trip de cinq jours en Cornouailles début septembre. La semaine précédant notre départ, j’ai reçu plusieurs e-mails, mais toujours loin du volume habituel ante-corona. Je pars donc l’esprit tranquille le samedi matin, passe un week-end revigorant à la campagne pour oublier ne serait-ce qu’un peu l’ambiance anxiogène actuelle, puis la semaine a redémarré… Je m’étais dit que trois jours de congé, ce n’était pas énorme. Mais sur ces trois jours, et ces trois jours uniquement, entendons-nous bien, cinq propositions de projets (urgents bien évidemment donc impossible à accepter), dont deux provenant d’agences qui ne m’avaient plus recontactée depuis des mois, ont atterri dans ma boîte e-mail. À mon retour, j’ai bien sûr recontacté ces agences pour leur signaler que j’étais à nouveau disponible, mais c’était sans compter ce sortilège : cela va faire une semaine que je suis rentrée et c’est à nouveau le silence. Enfin, je ne vais pas m’apitoyer sur mon sort. C’est également durant ces trois uniques jours de congé que j’ai appris qu’un gros projet que j’attendais depuis des mois (merci le corona) allait enfin pouvoir démarrer. Et j’ai l’intime conviction que quand je commencerai ce gros projet, tous mes clients se donneront le mot pour m’envoyer du travail pile à ce moment-là.

Alors si quelqu’un a une potion magique, une formule ou toute autre solution pour lever ce coup du sort, je suis preneuse. En attendant, je vais aller profiter du soleil de l’été indien. Qui sait, cela réveillera peut-être ma boîte e-mail ?

PS  : si mon billet sonne un peu trop conte de fées, c’est parce que j’ai récemment découvert le podcast Tales sur Spotify et que j’en suis fan ! Il vous invite à découvrir la version originale des contes que nous connaissons tous. Bon malheureusement pour les francophones, les histoires sont racontées en anglais. Cela reste toutefois un bon exercice d’audition si vous apprenez la langue de Shakespeare.

À propos de Elise Lignian

Traductrice de l'anglais, du russe et de l'espagnol vers le français, je travaille en tant qu'indépendante. Rédaction, correction, révision de traduction et traduction sont les services que j'offre à mes clients. Pour plus d'informations à mon sujet, consultez dès maintenant mon site http://translovart.com.

"

  1. Marie-Andrée Pieters

    Ah, ça ira : je prends ma baguette magique !
    Toujours heureuse de te lire, Elise.

    J'aime

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ms. Unexpected

Not what you think

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

DEA Translation

Traduction institutionnelle et éditoriale

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

for translators and interpreters

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

Laurent Laget

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

Thoughts On Translation

The translation industry and becoming a translator

ATLB

Association des traducteurs littéraires de Belgique

Naked Translations

L'art de traduire les mots

%d blogueurs aiment cette page :