Flux RSS

2022 : quatrième acte

Publié le

« En avril, ne te découvre pas d’un fil, » dit-on. Si, en grande frileuse que je suis, j’ai suivi le dicton à la lettre malgré les hausses de températures, on ne peut pas dire que j’ai filé droit en ce qui concerne ma gestion du temps. Je termine cette dernière semaine d’avril avec un gros projet de traduction rendu sur le fil (il m'avait donnée du fil à retordre) et en me retrouvant sur le fil du rasoir pour remettre mes rédactions dans les délais. Ce mois avait pourtant bien commencé, avec un équilibre parfait entre travail et détente pour profiter des journées ensoleillées. On peut malheureusement dire que, de fil en aiguille, cet équilibre a fini par ne tenir qu’à un fil. Mais venons-en aux faits avant que vous ne perdiez le fil de mon article.

Avril a commencé en douceur, le soleil commençant à se montrer de plus en plus et les pluies se faisant plus rares. Mon plus grand plaisir était d’observer chaque jour les bourgeons apparaître puis éclore sur le pommier sauvage qui se trouve juste devant la fenêtre à côté de mon bureau. L’animation était au rendez-vous avec les bourdons butinant de fleur en fleur, les mésanges sautillant de branche en branche et les pétales s’envolant sous la brise légère. Un bonheur champêtre qui me faisait littéralement pleurer (vive le pollen et le rhume des foins 😅). Le chant des oiseaux, le parfum des fleurs et les rayons qui me réchauffaient à travers les vitres m’incitaient à me balader un peu plus chaque jour. Avec mon cher et tendre, nous nous sommes ainsi remis plus sérieusement à la course à pied, découvrant à l’occasion de nouveaux sentiers dans les environs.

La mi-avril a apporté son lot de réjouissances, avec une fête de famille du côté de mon cher et tendre, qui nous a fait passer un long week-end de Pâques dans le petit village d’Étrœungt, dans un charmant domaine avec un ancien moulin à eau et des prairies où gambadaient des dizaines de moutons. Le retour sur notre monture à deux roues a été particulièrement agréable, la température étant idéale pour n’avoir ni trop froid ni trop chaud sous nos équipements de moto. Les motards étaient d’ailleurs très nombreux sur la route que le GPS nous a indiquée pour rentrer jusqu’à Düsseldorf.

Nous en avons profité pour faire un arrêt à Monschau, ou Montjoie, une ravissante petite ville des Hautes Fagnes, juste à la frontière belgo-allemande. Nous n’étions d’ailleurs pas les seuls motards à y faire escale, vu le nombre de personnes marchant dans les rues pavées un casque à la main et une veste en cuir sur le dos. Il faut dire que Monschau vaut le détour. Construite sur les deux rives de la Rour, elle est l’une des rares villes allemandes du XVIIIe siècle à ne pas avoir été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. On peut ainsi admirer ses jolies maisons à colombages se dressant au-dessus de la rivière. Les mots me manquent tant l’endroit est féerique. Bref, si vous voyagez du côté d’Aix-la-Chapelle, passez par Monschau !

Après ce beau week-end de Pâques, le travail a malheureusement dû reprendre en force. Tous mes projets étant à rendre la dernière semaine d’avril, je me suis lancée dans un marathon qui me semblait sans fin, le tout avec ce soleil qui continuait de me narguer derrière la fenêtre. On peut le dire : je n’étais tout simplement pas motivée. D’autant plus que mes projets de rédaction ne concernaient que des sujets touristiques et des hôtels de luxe (j'ai besoin de vacances 😥). En outre, le gros projet de traduction qui m’a donné du fil à retordre m’a pris plus de temps que prévu, allongeant mes heures de travail et raccourcissant mes nuits… C’est comme ça que le dangereux combo « stress + manque de sommeil » a entraîné des petits soucis de santé. Me voilà donc moins en forme qu’au début du mois et avec des projets qui ont du mal à se terminer…

Espérons que la motivation reviendra, même si j’ai bien envie d’appliquer le dicton de mai. Arriverai-je à retrouver un équilibre ? Verdict d’ici 5 semaines !

À propos de Elise Lignian

Traductrice de l'anglais, du russe et de l'espagnol vers le français, je travaille en tant qu'indépendante. Rédaction, correction, révision de traduction et traduction sont les services que j'offre à mes clients. Pour plus d'informations à mon sujet, consultez dès maintenant mon site http://translovart.com.

Une réponse "

  1. Pingback: 2022 : cinquième acte | Translovart

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Alik Yanchinov: essays and articles

Real things under exposure

Storyshucker

A blog full of humorous and poignant observations.

Just Vee

A regular gal who likes to stop and smell the flowers.

Love Travelling Blog

Travel diaries providing inspiration for planning the perfect trip

Renard's World

My Personal Space On The Web To Post Anything That Tickles My Fancy

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

DEA Translation

Traduction institutionnelle et éditoriale

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

for translators and interpreters

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

Laurent Laget

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

%d blogueurs aiment cette page :