Flux RSS

Travailler en musique

Comme ceux qui ont lu mon précédent article le savent, mon mois de juin a bien réduit mes ressources d’énergie. Et quand on n’a pas beaucoup d’énergie, on essaie d’en puiser là où l’on peut. La musique adoucit les mœurs, mais elle est aussi une merveilleuse source de motivation. Si je ne le faisais pas forcément à mes débuts, je ne peux plus me passer de musique lorsque je travaille, surtout depuis que j’ai un casque anti-bruit qui permet d’encore mieux en profiter. Ce billet du jour sera donc musical.

Picture by Stas Knop

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à préciser une chose : je suis née à la fin des années 1980 et une bonne partie des groupes que j’écoute le plus quand je travaille datent des années 1990 (ne me jugez pas 😅).

Étant donné que mon travail consiste principalement à lire et à écrire, je ne peux pas me permettre d’écouter n’importe quel genre musical. La musique que j’écoute change donc en fonction du type de travail que je réalise. Ce que j’évite à tout prix, c’est d’écouter des chansons en français. Tout simplement parce que c’est impossible pour moi de penser, de traduire et d’écrire en français si j’ai des paroles dans la même langue dans les oreilles. Quand je réalise des projets de rédaction, j’évite même d’écouter des chansons à texte pour ne pas perturber ma concentration. J’ai pour habitude de choisir diverses pistes de lecture dédiées à l’écriture ou à l’étude sur Spotify. Il s’agit bien souvent de morceaux de piano contemporains ou de musique orchestrale ou électronique d’ambiance. Il est vrai que ce sont généralement les mêmes morceaux qui reviennent à chaque fois, mais j’ai remarqué que cela m’aidait à me mettre en mode « travail ».

Pour mes projets de traduction, mon choix varie en fonction de ma motivation et du type de texte. Quand il s’agit de textes dont je maîtrise le sujet ou pour lesquels le délai n’est pas trop urgent et que je peux donc prendre plus de temps, le genre de musique qui m’accompagne majoritairement est le trip-hop (quand je vous disais que je suis une pure enfant des années 1990 😅). Les trois quarts du temps, je mets simplement la radio Hooverphonic sur Spotify. La radio permet de rester dans la même ambiance et d’écouter des artistes de la même veine. Hormis Hooverphonic (qui me donne parfois envie de pousser la chansonnette, surtout quand je fais de la post-édition et que je n'ai pas besoin de trop réfléchir 😆), j’apprécie particulièrement la voix chaude et envoûtante de Skye Edwards de Morcheeba, l’état de décontraction dans lequel me plongent les morceaux de Massive Attack et la douceur fragile de Beth Gibbons de Portishead. Grâce à cette radio, j’ai également découvert et eu un coup de cœur pour le groupe canadien Elsiane et son album Hybrid. Loin de me limiter au trip-hop, j’aime également voyager avec des groupes qui mélangent les genres et les sonorités venues d’ailleurs, comme Thievery Corporation, Oi Va Voi (qui me laisse toujours un peu nostalgique de mes soirées d'été d'adolescente au festival Esperanzah!) ou l’inimitable Björk. Lorsque j’ai besoin d’un peu plus d’énergie, par exemple lorsque je dois travailler le soir ou que le sujet de la traduction est un peu moins plaisant, la musique électronique agit comme un bon carburant. J’ai apparemment une préférence pour les groupes norvégiens puisque les deux groupes que j’écoute le plus en ce moment sont Flunk et surtout Roÿskopp. Ces derniers mois, j’ai d’ailleurs usé leur album The Inevitable End, qui me stimule à boucler un projet. Dernièrement, j’ai aussi découvert le groupe allemand Alphawezen, notamment grâce à leur chanson Rain qui a attiré mon attention. Je me laisse aussi parfois porter par des albums plus pop ou rock alternatif, comme The Golden Age de Woodkid ou Shadow Works de Kerli, une auteure-compositrice-interprète estonienne.

Si le trip-hop et l’électro m’accompagnent dans la plupart de mes travaux de traduction, je change radicalement de genre pour l’une de mes clientes. Je traduis en effet régulièrement des textes présentant des opéras, ballets et concerts de musique classique pour une billetterie en ligne. Dans ces cas-là, j’aime écouter l’œuvre musicale qui fait l’objet du texte, simplement pour me mettre dans l’ambiance et mieux comprendre ce que l’auteur voulait exprimer. Ainsi, cette semaine, j’ai traduit un texte sur Le Barbier de Séville de Rossini en pianotant joyeusement sous l’air de Largo al factotum. Ces séances de travail sont encore plus jouissives lorsqu’il s’agit d’une œuvre que j’apprécie particulièrement. Par exemple, laisser mes doigts courir sur le clavier sous les notes du mouvement presto de L’Été des Quatre Saisons de Vivaldi me procure à chaque fois un plaisir immense.

Il y a néanmoins certaines œuvres qui m’emportent un peu trop pour que je reste suffisamment concentrée sur mon texte. Je ne peux ainsi pas m’empêcher de fermer les yeux chaque fois que j’entends Unfinished Sympathy de Massive Attack, Experience de Ludovico Einaudi et surtout Roméo et Juliette de Prokofiev (LE chef-d'œuvre absolu selon moi, impossible de ne pas écouter le ballet en entier et de laisser les émotions m'envahir).

Une petite précision pour finir (et pour rassurer mes éventuels clients qui passeraient par ici 😅), je ne travaille en musique que durant la phase de premier jet. J’ai pour habitude de toujours réviser et relire mes textes à voix haute pour relever plus facilement les éventuelles erreurs et m’assurer que mes traductions et rédactions « sonnent » bien. Après tout, la parole est une forme de musique.

J’espère que ce petit voyage musical vous aura plu (même si les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas) et que vous aurez peut-être découvert certains artistes. Et vous, aimez-vous travailler en musique ? Quels genres et artistes vous stimulent le plus ? N’hésitez pas à partager vos coups de cœur musicaux en commentaire !

À propos de Elise Lignian

Traductrice de l'anglais, du russe et de l'espagnol vers le français, je travaille en tant qu'indépendante. Rédaction, correction, révision de traduction et traduction sont les services que j'offre à mes clients. Pour plus d'informations à mon sujet, consultez dès maintenant mon site http://translovart.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Alik Yanchinov: essays and articles

Real things under exposure

Storyshucker

A blog full of humorous and poignant observations.

Just Vee

A regular gal who likes to stop and smell the flowers.

Love Travelling Blog

Travel diaries providing inspiration for planning the perfect trip

Renard's World

My Personal Space On The Web To Post Anything That Tickles My Fancy

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

DEA Translation

Traduction institutionnelle et éditoriale

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

for translators and interpreters

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

Laurent Laget

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

%d blogueurs aiment cette page :