Flux RSS

ProZ et compagnie : amis ou ennemis ?

Avec deux jours de retard, voici enfin mon billet de la semaine. Comme je l’avais promis dans mon article sur les agences de traduction, je voulais vous parler des fameuses plateformes pour traducteurs que sont ProZ et TranslatorsCafe.

Proz-and-cons-sign

Comme tout jeune traducteur à peine sorti de l’université, je m’étais empressée de me créer un profil sur ces plateformes, présentées comme les précieux sésames pour approcher les plus grandes agences de traduction de la planète et entamer une carrière fructueuse en tant que traducteur indépendant. Malheureusement, j’ai bien vite déchanté. Voici trois raisons pour lesquelles je ne fais pas confiance à leur système.

1. Les tarifs proposés sont très bas

Ces deux sites me semblaient intéressants au départ car ils permettent de créer son propre profil de traducteur afin d’avoir une carte de visite virtuelle censée attirer les agences de traduction. En effet, les bureaux de traduction peuvent contacter directement les prestataires de services qui les intéressent grâce à un système de messagerie interne. Quelle joie la première fois qu’une agence m’a contactée pour un premier projet ! Mais quelle déception lorsque j’ai vu le tarif proposé… Car oui, les agences qui recrutent sur ProZ et TranslatorsCafe sont souvent à la recherche de jeunes traducteurs inexpérimentés et prêts à accumuler de l’expérience pour des tarifs tellement dérisoires qu’ils frôlent souvent l’indécence. Même si l’on est parfois tenté de travailler pour quelques miettes de pain quand on débute, on se sent très vite exploité et dévalorisé. Ces plateformes alimentent ce cercle vicieux en publiant directement sur leur site des missions de traduction pour lesquelles tous les traducteurs peuvent proposer un devis, ce qui tire évidemment les prix vers le bas puisque les agences ont tendance à préférer les prestataires aux tarifs les moins élevés.

2. Les plateformes s’enrichissent sur le dos des traducteurs

Depuis mon inscription sur ProZ, ma boîte mail n’a cessé de se remplir de publicités pour Trados Studio et d’autres outils de TAO, pour des  formations et bien d’autres services proposés par la plateforme. S’il peut être intéressant de suivre quelques webinars offerts (gratuitement pour certains) par des traducteurs plus expérimentés, cela devient vite énervant de recevoir autant de publicités pour « upgrader » son compte. Car si l’on peut s’inscrire gratuitement sur ProZ et TranslatorsCafe, de nombreux services ne sont accessibles qu’aux membres payants. Pour une cotisation d’environ 125€ par an, les membres de ProZ peuvent par exemple augmenter leur visibilité sur la plateforme et donc attirer davantage de clients, participer à des conférences et formations pour traducteurs et pouvoir consulter les forums de traducteurs (alors qu’il existe sur la toile des forums pour traducteurs absolument gratuits…). Bref, devenir membre pourrait soi-disant vous aider à booster votre carrière de traducteur indépendant et à améliorer vos connaissances. Mais est-ce que cela vous aide à obtenir des contrats aux tarifs plus raisonnables ? J’en doute…

3. Des listes d’agences peu fiables

Devenir un membre payant permet également d’accéder aux listes d’agences de traduction. En effet, ProZ présente un Blue Board reprenant toutes les agences, classées selon les préférences des traducteurs. Les membres non-payants peuvent seulement voir la note de l’agence sur 5, sans avoir accès aux commentaires des traducteurs, qui sont selon moi essentiels pour se faire une idée objective de l’agence. Toutefois, comme la plateforme s’adresse aussi bien aux prestataires qu’aux employeurs, certaines agences mal intentionnées font tout pour paraître fiables aux yeux des traducteurs, quitte à pousser le vice assez loin pour poster de faux commentaires et améliorer leur note.

Mon jugement sur ProZ et TranslatorsCafe peut sembler sévère mais je n’ai personnellement jamais tiré rien de bon de ces plateformes, étant donné que les offres que j’ai reçues via leur site m’ont toutes désenchantée.

Toutefois, si vous êtes un membre payant de l’une ou l’autre et que vous êtes satisfait de leurs services, n’hésitez pas à partager votre opinion en laissant un commentaire !

Publicités

À propos de Elise Lignian

Traductrice de l'anglais et du russe vers le français, je travaille en tant qu'indépendante. Rédaction, correction, révision de traduction et traduction sont les services que j'offre à mes clients. Pour plus d'informations à mon sujet, consultez dès maintenant mon site http://translovart.com.

Une réponse "

  1. Pingback: La prospection | Translovart

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

modalalien

Translation and particulars

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

eCards for translators and interpreters

Edith Soonckindt

Auteur, traductrice, éditrice, conseillère éditoriale

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

(Not Just) Another Translator

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

La Poutre dans l'oeil

À la recherche du sens de la mesure

Thoughts On Translation

The translation industry and becoming a translator

ATLB

Association des traducteurs littéraires de Belgique

Naked Translations

L'art de traduire les mots

Ma Voisine Millionnaire

Etre indépendant, ça s'apprend !

%d blogueurs aiment cette page :