Flux RSS

Carte postale de Venise

Publié le

Buongiorno !

Me voilà enfin de retour sur mon blog. Comme promis avant mon départ, je me décide enfin à publier une première carte postale, écrite lors d’un long trajet en bus entre Pula et Split, au sujet de Venise. Mon cher et tendre avait en effet trouvé des billets pas chers pour la Cité des amoureux et comme elle n’est située qu’à environ 200 km de la Croatie (la destination que nous avons choisie pour nos vacances) et qu’il est très facile de relier les deux pays en bus, c’était l’occasion rêvée de découvrir cette ville mythique d’Italie.

Il Ponte dei Sosperi alias le pont des Soupirs

Il Ponte dei Sosperi alias le pont des Soupirs

Nous arrivons le jeudi 4 juin aux alentours de 23h à l’aéroport de Venise Treviso qui est quasiment fermé… Heureusement, mon cher et tendre aperçoit le dernier bus en partance vers la ville. Le trajet nous coûte 20€ au total, ce qui est un peu cher à notre goût, mais le chauffeur est une véritable crème glacée. Ne sachant pas comment se rendre jusqu’au camping où nous allons passer la nuit, je lui demande conseil. Comme tous les Italiens, il ne résiste pas aux charmes d’une jeune femme en détresse et, en ponctuant ses phrases de mi amore, il me propose très généreusement de nous déposer juste en face du camping à la fin de son service. Nous voilà donc arrivés au camping Rialto pour passer deux nuits dans un petit chalet en bois. Situé juste à l’entrée du pont menant à la Cité Flottante, c’est l’option la moins chère que l’on ait trouvée. Venise n’est en effet pas bon marché, c’est même l’une des villes les plus chères du pays. Nous le constatons d’emblée sur place. Pour traverser le Canalasso (Grand Canal) à bord d’un vaporetto, les bus flottants de Venise, il faut compter 7€ par personne par trajet. Nous avions donc prévu de faire la visite de la ville à pied mais il faut croire que la chance est avec nous. À peine arrivés sur la Piazzale Roma, nous nous faisons aborder par un couple de Français qui nous propose de racheter pour 10€ leur passe de 72h avec utilisation illimitée des vaporettos et nous nous dépêchons d’embarquer sur le premier bus flottant pour entamer notre visite de la Cité des Doges. C’est donc depuis le Grand Canal que nous apercevons pour la première fois les bâtiments colorés, le palais ducal et les fameux ponts et pirogues de la Reine de l’Adriatique.

Venise vue depuis le Grand Canal

Venise vue depuis le Grand Canal

Après cette agréable balade sur les flots, nous entrons dans le joli labyrinthe de ruelles aux maisons multicolores et de petits ponts traversant d’étroits canaux où voguent pirogues et petits bateaux à moteur. C’est dans le Sestiere Castello que nous apercevons aussi nos premières boutiques de masques et de déguisements. Ils sont si beaux qu’on a presque peur de les toucher (et je ne parle pas des sublimes costumes d’époque qui habillent les mannequins exposés dans les vitrines). Si l’on ne voyageait pas en sac à dos, j’en aurais sûrement acheter un…

Boutique de masques

Boutique de masques

Nous poursuivons notre traversée du dédale vénitien et arrivons sur la fameuse Piazza San Marco dominée par le palais ducal, le Campanile di San Marco et la sublime Basilica di San Marco (contrairement à ce que je craignais, la place n’est pas noire de monde et nous ne sommes pas agressés par des hordes de pigeons).

La place Saint-Marc et son campanile

La place Saint-Marc et son campanile

Nous nous dirigeons ensuite vers le plus célèbre pont de Venise : le Ponte di Rialto. Malheureusement pour nous, ce pont majestueux qui symbolise la ville est actuellement en rénovation. Nous apprécions tout de même la vue qu’il donne sur le Grand Canal avant de nous perdre à nouveau dans les rues étroites et agréablement ombragées de la Sérénissime.

Vue depuis le pont Rialto

Vue depuis le pont Rialto

Nous finissons par arriver au quartier plus abordable de Dorsoduro pour manger une bonne pizza italienne. Et comme nous sommes gourmands, nous décidons d’aller chercher notre dessert chez l’un des innombrables glaciers qui bordent les rues (ici, il y en a tous les 5 mètres, difficile de résister !). Après ce repas plus que copieux (trois grosses boules de glace chacun après une grande pizza, ça fait beaucoup ^^), nous nous posons un instant le long d’un canal pour digérer et profiter un peu de la fraîcheur de l’eau. Et nous revoilà partis pour une petite balade dans le quartier beaucoup moins touristique et tellement paisible de Cannaregio qui nous mènera…à nouveau devant le pont Rialto. Venise est en effet une petite ville que l’on peut tout à fait visiter en une journée.

Cannaregio

Les rues paisibles de Cannaregio

Accablés par la chaleur (nous ne sommes pas encore habitués aux températures de plus de 30°C), nous décidons donc de retourner au camping vers 19h afin de profiter d’une bonne nuit de sommeil avant d’embarquer pour un périple de 5h de bus vers la Croatie. Et c’est d’ailleurs en parcourant d’autres routes croates que je termine cette carte postale.

Ciao et à la semaine prochaine pour la suite du récit de mon voyage 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

modalalien

Translation and particulars

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

eCards for translators and interpreters

Edith Soonckindt

Auteur, traductrice, éditrice, conseillère éditoriale

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

(Not Just) Another Translator

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

La Poutre dans l'oeil

À la recherche du sens de la mesure

Thoughts On Translation

The translation industry and becoming a translator

ATLB

Association des traducteurs littéraires de Belgique

Naked Translations

L'art de traduire les mots

Ma Voisine Millionnaire

Etre indépendant, ça s'apprend !

%d blogueurs aiment cette page :