Flux RSS

Carte postale de Croatie

Publié le

Dobar dan !

Voici la suite tant attendue de mon récit de voyage avec cette fois-ci une carte postale venue tout droit de la Croatie, pays issu de l’ancienne Yougoslavie qui m’a permis de replonger dans la culture slave et de pratiquer un peu mon russe (car si la plupart des Croates n’ont aucune difficulté à parler anglais, ce n’est pas le cas partout). Comme d’habitude, mon cher et tendre et moi-même ne nous sommes pas contentés de rester dans une seule ville mais avons tenté d’explorer un maximum d’endroits. Je vous livre ici mes impressions sur les lieux que nous avons pu visiter.

Même en vacances, votre traductrice dévouée pense à vous :)

Même en vacances, votre traductrice dévouée pense à vous 🙂

☼ Pula

Nous effectuons notre première escale en Istrie, dans la petite ville de Pula. Ici, en raison de la proximité avec l’Italie, les habitants parlent autant l’italien que le croate et les panneaux de signalisation sont écrits dans les deux langues. Pour profiter des plages de galets splendides qui longe le littoral, nous restons loger dans le quartier de Verudela dans l’un de ses innombrables apartmani, ces petits studios que l’on trouve absolument partout dans le pays. Arrivés en fin d’après-midi, nous nous pressons de nous diriger vers la côte pour piquer une tête dans cette eau irrésistiblement turquoise. Bon, l’eau n’est « ni chaude, ni froide », comme nous a prévenus notre hôtesse, mais elle est agréablement rafraîchissante sous une température de plus de 30°. Nous consacrons la journée du lendemain à visiter le centre de Pula, visite qui nous a pris moins d’une heure… La partie touristique de la ville est en effet très limitée. En effet, à part un amphithéâtre, deux temples romains et une forteresse, Pula ne présente pas vraiment d’intérêt pour les amateurs de vieilles pierres. Ceci dit, les rues pavées qui traversent le centre historique ne manquent pas de charme. En somme, Pula est une ville tranquille qui convient plutôt aux amateurs de farniente sur la plage.

Slavoluk Sergijevaca, l'arc des Sergii, également appelé Zlatna vrata, alias la Porte d'or de Pula

Slavoluk Sergijevaca, l’arc des Sergii, également appelé Zlatna vrata, alias la Porte d’or de Pula

 ☼ Rovinj

Avides de découvertes, nous décidons de passer une journée à Rovinj, petite ville d’Istrie située à une quarantaine de kilomètres de Pula. Surnommée « la petite Venise croate », cette cité portuaire nous rappelle en effet la cité des Doges avec ses maisons aux couleurs du soleil qui bordent la côte. Construite sur un éperon rocheux, cette ancienne île, dont le sommet est coiffé d’une cathédrale baroque et d’un campanile, offre une vue superbe sur l’Adriatique. Mais, tout comme Pula et Venise, on a vite fait le tour de ses petites rues pavées agréablement ombragées. Elle constitue toutefois une escale résolument romantique lors d’un séjour dans le nord de la Croatie.

Rovinj et son campanile vus depuis le port

Rovinj et son campanile vus depuis le port

☼ Split

Après avoir passé deux jours en Istrie, nous voilà partis pour un périple de 11h jusqu’à Split, ville côtière de Dalmatie prisée par les touristes. Pour économiser une nuit à l’hôtel, nous choisissons de prendre un bus de nuit. La Croatie est en effet pourvue d’un excellent réseau de bus, relativement abordable et fiable. Nous regrettons toutefois de ne pas avoir pu admirer les paysages qui semblaient, d’après les nombreux virages qui ont ponctué notre route, de type montagneux. Arrivés le lendemain matin à Split, et après avoir eu une frayeur en constatant que nous avions oublié la précieuse tablette de mon cher et tendre (heureusement, nous avons pu la récupérer le soir-même au retour du bus, qui l’avait emportée jusqu’à Dubrovnik… oui, c’est une longue histoire…), nous sommes accueillis par Veronika, une jeune Croate très sympathique qui prend le temps de nous informer de tout ce qu’il y a à voir dans sa ville. Split est en effet beaucoup plus étendue que Pula. Avec ses nombreuses plages, ses magasins et sa vie nocturne trépidante, elle plaît particulièrement aux jeunes. La ville présente également une magnifique promenade maritime bordée de palmiers et un très joli centre historique entouré des remparts du palais de Dioclétien, dont l’on peut encore apercevoir de très beaux vestiges, dont le péristyle et la cathédrale Saint-Domnius. Ces rues où l’animation des boutiques de mode, des restaurants et des glaciers se confronte à la majesté des monuments du temps passé confèrent à la ville une ambiance assez particulière. Si vous comptez un jour visiter Split, ne manquez pas de faire un tour sur la colline de Marjan, d’où vous pourrez admirer un très beau panorama sur la vieille ville et sa promenade, et d’aller découvrir la gastronomie locale au restaurant très populaire de Fife (ses assiettes généreuses et la convivialité ambiante nous ont incités à y retourner ^^).

Split et sa promenade vues depuis la colline de Marjan

Split et sa promenade vues depuis la colline de Marjan

☼ Trogir

Nous quittons Split au bout de trois jours pour rejoindre Zadar, notre destination finale. Mais avant de poser nos valises une dernière fois, nous faisons une escale de quelques heures à mi-chemin entre ces deux « grandes » villes pour visiter Trogir. À l’instar de Rovinj, cette cité historique construite sur une petite île nous charme par son dédale de rues pavées. Notre exploration est certes de courte durée mais très agréable. Il serait dommage de passer un séjour sur la côte dalmate sans visiter cette jolie petite ville médiévale.

La cité médiévale de Trogir

La cité médiévale de Trogir

☼ Zadar

Et nous voilà déjà arrivés à notre dernière escale. Tout comme Split, Zadar est un beau mélange de bâtiments anciens et d’architecture moderne. Nous aimons particulièrement flâner dans les larges rues pavées de marbre de son centre historique, parsemé d’églises, et admirer le soleil se coucher au bord de la mer, en écoutant le son étrangement envoûtant et apaisant du Morske orgulje, un orgue maritime actionné par le mouvement des vagues (cliquez ici pour entendre à quoi cela ressemble. La vidéo n’est pas de moi, celles que j’ai prises sont malheureusement parasitées par les bribes des conversations des gens alentours et les cris des enfants…). Zadar ne possède peut-être pas les plus belles plages mais elle reste la ville que nous avons préférée.

Le célèbre orgue maritime de Zadar

Le célèbre orgue maritime de Zadar

☼ Le parc national des lacs de Plitvice

Je ne peux écrire cette carte postale sans parler du fameux parc national des lacs de Plitvice, un lieu absolument unique qui a été l’apogée de notre voyage. Nous avons en effet profité de notre séjour à Zadar pour aller découvrir cette merveille de la nature le temps d’une journée. Grands marcheurs que nous sommes, nous décidons d’emprunter l’itinéraire le plus long (18 kilomètres ^^) pour tenter de voir le plus grand nombre de cascades possible (le parc en compte près d’une centaine). Nous parcourons ainsi des sentiers traversant des forêts, gravissant des collines et bordant rivières et chutes d’eau, où virevoltent de jolies libellules bleues. Envoûtés par la magie des lieux, nous enfilons sans peine les kilomètres. Notre chemin est en effet ponctué de panoramas absolument époustouflants sur les lacs, apparaissant telles des turquoises serties dans un écrin aux mille et une nuances de vert. Nous rentrons de cette excursion les jambes fatiguées, mais la tête remplie de paysages sublimes. Bref, si vous partez en vacances en Croatie, il faut absolument que vous passiez une journée dans ce jardin extraordinaire !

Les superbes lacs de Plitvice

Les superbes lacs de Plitvice

Et c’est sur ce merveilleux souvenir que se clôturera ma carte postale.

Rendez-vous la semaine prochaine pour un article plus en rapport avec la traduction !

Do viđenja !

Publicités

"

  1. C’est complet et cerise sur e gâteau on finit sur plitvice 😉

    J'aime

    Réponse
  2. Pingback: Carte postale de Venise | Translovart

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

modalalien

Translation and particulars

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

eCards for translators and interpreters

Edith Soonckindt

Auteur, traductrice, éditrice, conseillère éditoriale

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

(Not Just) Another Translator

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

La Poutre dans l'oeil

À la recherche du sens de la mesure

Thoughts On Translation

The translation industry and becoming a translator

ATLB

Association des traducteurs littéraires de Belgique

Naked Translations

L'art de traduire les mots

Ma Voisine Millionnaire

Etre indépendant, ça s'apprend !

%d blogueurs aiment cette page :