Flux RSS

Carte postale : Rome

Publié le

Buongiorno !

Ceux qui me suivent sur ma page Facebook savent que je suis partie à Rome fin février. Depuis le temps que je voulais explorer la Ville éternelle, on peut dire que je m’en souviendrai longtemps, et pas qu’en bien…

Débarqués le jeudi soir sous la pluie, mon cher et tendre et moi-même entamons notre première journée dans la capitale italienne sous une averse diluvienne et les pieds dans les flaques. Nous avions heureusement prévu le coup en réservant nos billets pour la visite des Musées du Vatican, auxquels nous consacrons une bonne partie de notre vendredi. Et quels musées ! Je ne suis pas tant impressionnée par les vitrines, mais plutôt par la beauté des salles que nous traversons. Je passe d’ailleurs presque toute la visite les yeux rivés au plafond, fascinée par les détails des peintures et des faux-reliefs. Mon cher et tendre a quant à lui été quelque peu déçu, s’attendant à en apprendre davantage sur le Vatican et les papes. La seule partie du musée plus instructive selon lui est celle réservée aux divers carrosses et ancêtres de la papamobile. Je maintiens toutefois que c’est une visite incontournable de Rome tant ces musées recèlent de trésors artistiques.

Nous pensions également profiter de notre vendredi au Vatican pour explorer la majestueuse basilique Saint-Pierre mais la vue d’une file interminable de touristes patientant sagement sous leur parapluie pendant des heures nous décourage aussitôt. Nous nous dirigeons plutôt vers le quartier pittoresque de Trastevere, situé sur la même rive du Tibre. Malgré la pluie, nous apprécions la balade, prenant quelques photos des façades aux couleurs du soleil avant de nous réfugier dans un restaurant pour nous réchauffer. Le patron n’est pas très sympathique, mais nos premiers plats de pâtes romains nous remettent du baume au cœur.

Toujours trempés et transis de froid après notre repas (et la pluie ne décidant toujours pas de s’arrêter), nous décidons d’aller acheter de meilleurs équipements pour contrer la pluie, qui risque de nous tomber dessus tout le week-end. Mon cher et tendre a en effet repéré un Decathlon, où nous nous précipitons sur les chaussures imperméables, parapluies et k-ways. Nous sommes d’ailleurs loin d’être les seuls. Le magasin se fait littéralement dévaliser par les touristes ! Il faut dire que les trottoirs et routes de Rome sont en mauvais état et que les flaques sont donc très nombreuses et impossibles à éviter. C’est seulement au terme de cette séance shopping forcée que nous bénéficions enfin d’une accalmie. Nous en profitons pour nous balader un peu plus : direction la superbe piazza di Spagna et l’impressionnante fontaine de Trevi. Comme le veut la tradition, j’ai jeté une pièce dans le bassin, espérant revenir à Rome sous un ciel plus radieux.

Parés pour la pluie, nous consacrons notre deuxième jour aux principales attractions de Rome. Nous repassons ainsi devant la fontaine de Trevi à la lumière du jour, l’imposant Monument à Victor-Emmanuel II, puis le Forum, le Palatin et le Colisée. Ne souhaitant pas perdre notre temps dans les files monstres, nous préférons faire le tour du Forum sans jamais y entrer (on peut en effet avoir une vue d’ensemble sur tout le forum en le longeant de l’extérieur).

Nous continuons ensuite notre chemin vers le Circus Maximus, la Bocca della Verità et la charmante île Tibérine avant de remonter vers le Capitole, le Panthéon (gratuit mais ouvert uniquement à certaines heures) et la piazza Navona, où je reste un instant émerveillée sous la coupole de l’église Sant’Agnese in Agone. Notre longue promenade se termine au crépuscule, du côté de la piazza del Popolo. Nous avons ainsi parcouru la plus grosse partie de Rome tout en restant bien au sec grâce à nos achats de la veille. En plus d’être riche en kilomètres, la journée fut également riche en calories puisque nous nous sommes fait plaisir avec une succulente glace dans l’après-midi, un délicieux risotto et un tiramisu onctueux de chez Pompi le soir.

Levés plus tôt le troisième jour, alors que le soleil pointe enfin le bout de son nez, nous partons directement au Vatican pour assister à l’angélus dominical du Pape. Nous profitons du ciel bleu pour explorer davantage les alentours en passant notamment devant le palais de Justice et le Castel San’t Angelo, dont le pont orné de statues me rappelle vaguement le pont Charles de Prague. Nous arrivons aux alentours de la place Saint-Pierre vers 11h et apercevons déjà une longue file pour y entrer. Heureusement, cela avance relativement vite et nous arrivons juste à temps pour voir la fameuse fenêtre s’ouvrir sous les acclamations de la foule aux douze coups de midi. Notre idée n’est pas véritablement de voir le Pape François, mais plutôt de profiter de l’attention provoquée par son discours pour entrer plus rapidement dans la basilique Saint-Pierre. Celle-ci est en effet quasi déserte à ce moment-là. Vers la fin de l’angélus, nous nous dirigeons ainsi vers son entrée et nous avons bien fait car à peine le Pape parti que la file s’est reformée. Nous avons donc tout le loisir d’admirer les imposantes statues et les fabuleux plafonds de ce lieu de culte suprême. La visite est gratuite (hormis la coupole) et vaut largement les 3 heures d’attente (auxquelles nous avons échappé). Donc si vous voulez la découvrir sans perdre trop de temps, essayez de faire comme nous et profitez de l’angélus du Pape le dimanche midi !

Ressortant sous un ciel bleu, mais nuageux, nous nous dépêchons de longer le Tibre pour rejoindre à nouveau le quartier de Trastevere. En chemin, nous marquons une halte à la Fontana dell’Acqua Paola (également appelée Fontana del Gianicolo) pour apprécier le panorama sur la ville. C’est toutefois sous un ciel à nouveau menaçant que nous arrivons enfin à Trastevere, dont nous parvenons tout de même à immortaliser les couleurs ensoleillées avant l’arrivée de la pluie. Au moment où nous nous installons dans un restaurant, celle-ci recommence en effet à tomber à grosses gouttes sur la Ville éternelle. Cela ne nous empêche toutefois pas de profiter une dernière fois du centre de Rome, en ayant cette fois-ci la chance d’entrer dans le Panthéon, de voir la colonne de Marc Aurèle et d’apprécier la piazza di Spagna sous les dernières lueurs du jour. Inconscients du chaos qui s’abattra sur nous le lendemain, nous terminons enfin notre « dernière » soirée à Rome autour d’une bonne pizza et d’une bouteille de vin.

Réveillés de très bonne heure pour reprendre notre vol le lundi matin, nous avons la surprise de sortir sous une averse… de gros flocons ! Tout est recouvert d’un épais tapis blanc, nous donnant l’impression d’avoir été téléportés jusqu’en Russie pendant la nuit. Émerveillés par le spectacle, nous ne réalisons le chaos que provoque cette surprise de Dame Nature qu’en montant dans le bus pour l’aéroport. Plusieurs passagers parlent en effet de vols annulés, ce qui se confirme à notre arrivée à Ciampino. La confusion règne dans le hall des départs bondé. Nous parvenons à nous glisser vers l’entrée des contrôles de sécurité pour voir que tous les vols ont un retard d’au moins 2 heures et que personne ne peut passer pour le moment. Au bout d’une heure, nous avons une lueur d’espoir quand l’aéroport annonce que tous les vols pour Londres seront assurés. Nous nous pressons donc aux contrôles de sécurité, passons la douane et… attendons plus d’une heure sans information devant la porte d’embarquement. Plus de deux heures après l’heure prévue de notre vol, la décision tombe : notre avion ne décollera pas. Seule solution offerte par l’aéroport, complètement désorganisé et perdu face à cette tempête de neige totalement inattendue (il n’avait plus neigé à Rome depuis 6 ans) : rejoindre le hall des départs et attendre patiemment devant le bureau de Ryanair pour faire une réclamation. Ne voulant pas retourner dans le chaos, nous décidons de rester près des portes d’embarquement et de trouver un moyen pour rentrer le plus tôt possible à Londres. Malheureusement, aucun vol ne semble partir de Rome ou d’une autre ville voisine et les trajets en train ou bus sont horriblement chers. Comme une vingtaine de vols ont été annulés depuis 6h du matin, Ryanair nous annonce que le seul vol disponible est le jeudi matin, soit 3 jours plus tard. Si j’avais su que je reviendrai aussi vite à Rome, je n’aurais pas jeté de pièce dans la fontaine de Trevi… Nous trouvons heureusement rapidement un bed & breakfast abordable et confortable tenu par une adorable famille chinoise à deux pas de la gare Termini. Après avoir passé plus de 8h d’attente et de nervosité à l’aéroport, nous terminons la journée exténués et abattus, mon cher et tendre devant annuler plusieurs rendez-vous professionnels et moi angoissée à l’idée d’avoir laissé mon fidèle ordinateur à la maison (erreur que je ne reproduirai plus jamais). J’ai heureusement pu utiliser le Mac de mon cher et tendre pour assurer les projets de rédaction que j’avais acceptés avant mon départ.

Malgré cet ennuyeux contre-temps, nous avons pu profiter de ces trois jours supplémentaires pour découvrir la Ville éternelle sous une légère couche de neige et, enfin, un beau soleil. J’ai ainsi pu goûter aux excellentes glaces du Palazzo del Freddo Giovanni Fassi, la plus vieille glacerie de Rome, située à même pas deux rues de notre hôtel. Ce sont sans mentir les meilleures glaces que j’ai jamais mangées de toute ma vie (rien que d’y penser, j’ai l’eau à la bouche…) ! Nous avons également pu explorer un peu plus le quartier de Termini et sa basilique Sainte-Marie-Majeure, admirer la via dei Fiori Imperiali et le Colisée illuminés et apprécier enfin quelques journées sans pluie.

Le stress nous tiendra toutefois en éveil jusqu’au bout car, si la neige fond à Rome, elle arrive sous forme de tempête monstrueuse à Londres… Heureusement, notre avion décolle sans problème le jeudi matin. Le trajet retour de l’aéroport de Stansted jusqu’à notre appartement est toutefois plus ardu. La glace a en effet transformé Romford, notre lieu de vie, en Minsk. Nous faisons d’ailleurs deux glissades en moto (plus de peur que de mal, rassurez-vous) avant d’arriver enfin chez nous. Et qu’est-ce qu’on est bien chez soi après un voyage comme celui-là !

Bref, si vous comptez visiter Rome, évitez le mois de février, on ne sait jamais ce qu’il peut vous tomber sur la tête ! Plus sérieusement, la Ville éternelle sous la pluie et la neige garde tout son charme et je ne serai pas contre la visiter à nouveau, ne serait-ce que pour goûter encore une fois aux délices glacés de chez Fassi

À propos de Elise Lignian

Traductrice de l'anglais, du russe et de l'espagnol vers le français, je travaille en tant qu'indépendante. Rédaction, correction, révision de traduction et traduction sont les services que j'offre à mes clients. Pour plus d'informations à mon sujet, consultez dès maintenant mon site http://translovart.com.

Une réponse "

  1. Pingback: Carte postale : Ljubljana | Translovart

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Mon parcours de nomade digitale

La liberté au quotidien

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

modalalien

Translation and particulars

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

for translators and interpreters

Edith Soonckindt

Auteur, traductrice, éditrice, conseillère éditoriale

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

Laurent Laget

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

Thoughts On Translation

The translation industry and becoming a translator

ATLB

Association des traducteurs littéraires de Belgique

Naked Translations

L'art de traduire les mots

%d blogueurs aiment cette page :