Flux RSS

Le Jeune Homme, Annie Ernaux

Lors de chaque aller-retour vers Londres depuis la gare de Lille-Europe, j’ai pour habitude d’attendre mon bus en me rendant dans le rayon des nouveautés littéraires d’un petit magasin de presse. Comme certaines personnes ne peuvent s’empêcher d’acheter une nouvelle paire d’escarpins à chaque visite dans un magasin de chaussures (je ne vise personne 😉), je me retrouve pratiquement à chaque fois à la caisse avec un nouveau livre dans les mains.

Ayant déjà une énorme pile de bouquins à dévorer et devant absolument profiter de mon trajet de 6 heures en bus pour avancer dans mon projet de traduction à rendre dans quelques jours, je m’étais toutefois juré de ne rien acheter cette fois-ci. Je venais à peine de me faire cette promesse que j’ai aperçu un tout petit ouvrage au bandeau rouge indiquant en grandes lettres blanches « Ernaux ». Depuis l’annonce de la remise du Prix Nobel de Littérature à cette écrivaine française que je ne connaissais pas, j’ai très envie de découvrir son œuvre. Un coup d’œil à la quatrième de couverture a suffi pour faire envoler ma promesse :

Ce texte est une clé pour lire l’œuvre d’Annie Ernaux — son rapport au temps et à l’écriture.

Me voilà donc devant la caissière du magasin de presse avec un petit paquet de biscuits (au cas où mon ventre crie famine durant le périple en bus qui m'attend) et Le Jeune Homme d’Annie Ernaux (pour étancher ma soif de lecture et de découverte littéraire).

S’il compte moins de 40 pages, cet ouvrage m’a permis de me faire une première impression de cette autrice et professeure de lettres. Dans ce roman autobiographique, style qui caractérise la quasi-totalité de son œuvre, Annie Ernaux parle de la relation controversée qu’elle a entretenue avec un jeune homme de trente ans son cadet pendant 3 années au milieu des années 1990. Elle explique dès la première page du livre que « c’est peut-être ce désir de déclencher l’écriture du livre — [qu’elle] hésitai[t] à entreprendre à cause de son ampleur — qui [l’]avait poussée […] » à avoir une relation sexuelle avec un étudiant. L’ouvrage qu’elle redoutait d’écrire est L’Événement, autre roman autobiographique qui parle de son avortement clandestin. La relation avec ce jeune homme lui permet en effet de replonger dans ses propres années d’étudiante et de revivre ses souvenirs de jeunesse jusqu’à cette expérience traumatisante. Annie Ernaux nous fait ainsi voyager dans le temps, sautant du passé au présent d’un paragraphe à l’autre.

Si elle ne décrit que des « banalités », comme aiment à le dire ses détracteurs qui s’offusquent de la voir récompensée par le prestigieux prix Nobel alors qu’elle n’est pas un « grand écrivain » (au masculin, comprenez bien...), Annie Ernaux est parvenue à me faire voyager durant un trajet de métro. Assise sur mon siège, je découvrais tantôt la vie d’une étudiante dans les années 1960, tantôt celle d’une quinquagénaire déterminée à « ne pas cacher [s]a liaison avec un homme ‘qui aurait pu être [s]on fils’ quand n’importe quel type de cinquante ans pouvait s’afficher avec celle qui n’était visiblement pas sa fille sans susciter aucune réprobation ». C’est peut-être cela qui fait dresser les poils des détracteurs d’Annie Ernaux : elle est une femme comme toutes les autres, qui parle de sa vie et de ses désirs sans plus se soucier du qu’en-dira-t-on. Le Jeune Homme n’a donc fait qu’attiser mon envie de lire cette autrice, et particulièrement son roman phare, d’autant plus à une époque où le droit à l’avortement est compromis aux quatre coins du monde.

Ma pile de livres à lire peut continuer de s’allonger, je ne pourrai pas m’empêcher d’y ajouter L’Événement la prochaine fois que j’entrerai dans une librairie. Vous risquez donc d’entendre à nouveau parler d’Annie Ernaux dans un prochain billet Croque-livre.

À propos de Elise Lignian

Traductrice de l'anglais, du russe et de l'espagnol vers le français, je travaille en tant qu'indépendante. Rédaction, correction, révision de traduction et traduction sont les services que j'offre à mes clients. Pour plus d'informations à mon sujet, consultez dès maintenant mon site http://translovart.com.

"

  1. Pingback: Toute une moitié du monde, Alice Zeniter | Translovart

  2. Pingback: 2022 : dixième acte | Translovart

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Alik Yanchinov: essays and articles

Real things under exposure

Storyshucker

A blog full of humorous and poignant observations.

Just Vee

A regular gal who likes to stop and smell the flowers.

Love Travelling Blog

Travel diaries providing inspiration for planning the perfect trip

Renard's World

My Personal Space On The Web To Post Anything That Tickles My Fancy

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

DEA Translation

Traduction institutionnelle et éditoriale

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

for translators and interpreters

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

Laurent Laget

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

%d blogueurs aiment cette page :