Flux RSS

Archives de Tag: Angleterre

Carte postale : Isle of Wight

Publié le

Hello ! Si l’Angleterre a moins de jours fériés que la Belgique ou la France, elle connaît aussi deux longs week-ends au mois de mai pour célébrer le printemps et le retour du soleil. Après avoir hésité longuement sur une destination à explorer lors d’un road trip, mon cher et tendre me propose de profiter de la vague de chaleur du premier week-end de mai pour partir sur l’île de Wight, au sud de l’Angleterre. Et nous voilà donc partis le vendredi 7 mai vers 18h.

20180504_224043

Notre chambre ultra kitsch

Nous mettons à peu près 2 heures pour arriver à Southampton où nous avons la chance de pouvoir monter à bord d’un ferry une heure plus tôt que prévu (c’est l’avantage de vadrouiller en moto). Nous arrivons donc vers 21 heures dans notre AirBnb à la décoration résolument british et hyper kitsch dans la ville de Newport. Comme nous étions partis à la hâte de Londres et que le ferry était bondé, nous pensions pouvoir manger sur l’île à notre arrivée. Mais l’île de Wight n’est pas Londres et, hormis le kebab du coin, plus rien n’est ouvert passé 21 heures. Nous voilà donc prévenus pour le reste du week-end !

 

Le lendemain, après avoir englouti un petit-déjeuner anglais monstrueux et avoir fait un petit tour dans la jolie ville de Newport sous un soleil généreux, nous enfourchons notre fidèle destrier pour explorer la côte nord et est de cette petite île britannique. Sous un ciel bleu et sans nuage, nous admirons les larges prairies verdoyantes se mêlant au loin au bleu profond de la Manche. Lors de cette première journée, nous nous arrêtons face à la vue sur l’horizon de Portsmouth à Ryde et au bord de la petite plage de galets de Seaview avant de faire une plus longue halte à Bembridge pour admirer son vieux moulin et ses cabines de plage colorées. Nous nous posons également au sommet des falaises de Culver, appréciant le silence d’une mer calme uniquement perturbé par le chant des oiseaux. Nous terminons la journée dans la petite ville côtière de Sandown, après avoir encore admiré d’impressionnants panoramas sur l’intérieur de l’île.

 

Dimanche, nous nous préparons à explorer le reste de l’île en commençant par Shanklin. La route nous menant à cette ville côtière populaire nous fait traverser des champs de colza dont le jaune éclatant contraste avec le bleu du ciel et le vert des prairies. DSCF3990En chemin, nous croisons pas mal de voitures de collection et bien évidemment un grand nombre de motards, heureux de pouvoir enfin sortir leur bijou après un hiver long et pluvieux (plus besoin de vous rappeler nos péripéties après l’arrivée de la Beast of the East). Après Shanklin et sa plage où Britanniques de tous âges se laissent rougir comme des écrevisses, nous profitons un moment de la tranquillité du port de Ventnor avant de faire un plus gros arrêt à la pointe sud de l’île, à côté du phare de Sainte-Catherine. Nous prenons plaisir à parcourir les verts pâturages entièrement ouverts aux randonneurs et nous posons au milieu des boutons d’or pour nous détendre au bruit des vagues, les yeux perdus sur l’immensité bleue.

 

Les paysages du sud-ouest de l’île s’avèrent plus spectaculaires, avec les tons ocres de la baie de Brook, les falaises découpées de la plage de Freshwater et les marais sinueux de la réserve naturelle de Newton. Et pour terminer la journée en beauté, nous admirons un magnifique coucher de soleil à deux pas du port de Yarmouth. La soirée a toutefois été moins relaxante pour moi comme j’avais plusieurs projets à rendre le lendemain matin (et oui, les traducteurs indépendants doivent parfois prendre sur leur week-end en amoureux s’ils veulent s’en sortir… mais ça fera l’objet d’un autre billet).

 

Coucher de soleil sur Yarmouth

Coucher de soleil sur Yarmouth

Pour profiter un peu plus de l’île et de ce thermomètre qui frôle les 30°, nous décidons de reprendre un ferry plus tard dans l’après-midi, le temps de discuter encore longuement avec notre hôte extrêmement sympathique, de faire un mini-golf à Shanklin et de déguster une glace avant de reprendre la route. Et c’est toujours sous ce merveilleux soleil de début du mois de mai que nous quittons l’île de Wight, encore une jolie région britannique que je vous invite à découvrir !

À bientôt pour une prochaine carte postale…

Pourquoi dit-on « Isle of Wight » et pas « Wight Island » ?

« Isle » et « island » veulent au fond dire la même chose (une terre habitée entourée d’eau), mais ces deux termes n’ont pourtant pas la même origine. « Isle » serait apparu vers la fin du XIIIe siècle sur base du latin « isla », mot également à l’origine du français « île » (l’accent circonflexe actuel remplace d’ailleurs le « s » de l’ancien français, « isle »). « Island » serait au contraire un terme anglo-saxon de la fin du XVIe siècle. Mais comment savoir quel mot utiliser ? Apparemment, tout est une question de taille. Une « island » est en effet plus grande qu’une « isle », sans toutefois être un « îlot », qui se traduit en anglais par « islet ». Bref, je vous aurai peut-être appris quelque chose aujourd’hui !

Mon parcours de nomade digitale

La liberté au quotidien

Globe-T.

Le Bonnet voyageur • The travelling Winter Hat

modalalien

Translation and particulars

Culturescence

Des réflexions personnelles et documentées sur le domaine de la culture.

Translator Fun

for translators and interpreters

Edith Soonckindt

Auteur, traductrice, éditrice, conseillère éditoriale

Books, j'adore

story lovers unite

A year of reading the world

196 countries, countless stories...

Laurent Laget

L'art de traduire les mots

L'autre jour

L'art de traduire les mots

Les piles intermédiaires

L'art de traduire les mots

Bons baisers de Yakoutie

Trente jours au cœur de la Sibérie

Thoughts On Translation

The translation industry and becoming a translator

ATLB

Association des traducteurs littéraires de Belgique

Naked Translations

L'art de traduire les mots